Stéphane Le Grand - traducteur salarié dans un service de documentation technique, Munich, Allemagne (français, allemand, anglais)

Master Traduction spécialisée multilingue, Université Grenoble Alpes (ex-université Stendhal), promotion 2009 « Yes we can »

Après avoir obtenu ma licence LEA et être revenu d’une année Erasmus en Angleterre, j’ai intégré la formation du Master 2 TSM de l’université Stendhal Grenoble 3 en septembre 2008. J’ai ensuite effectué mon stage de fin d’études en Allemagne, dans un bureau de traduction de Munich. C’est ce même bureau qui m’a offert mon premier emploi à la fin du stage. Mon travail consistait à traduire divers types de textes (publicitaires, économiques, techniques, etc.) de l’allemand et de l’anglais vers le français, à réviser des traductions faites par des traducteurs externes et à relire des documents directement rédigés en français. Mon activité la plus importante restait néanmoins la gestion de projets. J’étais entre autres chargé d’établir les devis pour des projets de traduction, de mettre en place une équipe de travail et d’assurer le bon déroulement des projets – de la confirmation de commande jusqu’à la livraison du produit final en passant par la coordination de l’équipe et le contrôle qualité.
Après plus de trois années passées dans ce bureau, j’ai souhaité découvrir une autre entreprise et me spécialiser davantage dans un domaine particulier. Aujourd’hui, je travaille au sein du service Documentation technique d’une entreprise allemande opérant dans le secteur de l’ophtalmologie. Je suis ainsi chargé de contrôler les documents techniques (manuels d’utilisation et documents pour la production) ainsi que la terminologie utilisée par les différents services de l’entreprise. J’apporte également mon aide dans la gestion des différents projets de traduction. Travaillant en parallèle comme traducteur indépendant depuis 2012, je travaille régulièrement avec des clients issus de divers secteurs (mon projet le plus important ces derniers mois fut la traduction d’un livre médical pour une allergologue américaine).
Outre les cours de TAO, qui constituent selon moi un module d’enseignement incontournable pour les traducteurs en devenir, la jeune entreprise Atlas – particularité du Master – offre aux étudiants une excellente opportunité de découvrir le monde professionnel de la traduction. L’expérience accumulée s’avère précieuse à l’heure d’intégrer le monde du travail et permet de se familiariser avec certains aspects de la profession auxquels on ne s’attend pas forcément, entre autres la gestion de projets, la relation clientèle et le travail d’équipe.
Si vous avez des questions sur ce statut ou ce mode de travail, vous pouvez bien entendu me contacter : stephane.le-grand@hotmail.fr

Alexandra Dupé - traductrice à l’ambassade d’Allemagne à Paris (français, allemand, anglais)

DESS Traduction spécialisée et production de textes multilingues (qui a précédé le master TSM), ex-université Stendhal, aujourd’hui Université Grenoble Alpes, promotion 2000 « Champions »

Mon premier poste de traductrice m’a conduite en région parisienne : j’ai travaillé pendant plus d’un an au sein d’une agence de traduction avec pour principal client la célèbre entreprise allemande SAP. Puis, l’université de Grenoble m’a fait parvenir une annonce de l’ambassade d’Allemagne à Paris. Ma candidature a été retenue et il est certain que les différents séjours en Allemagne que j’avais effectués pendant ma formation universitaire (une année Erasmus, deux stages dont le stage long de DESS en traduction technique) ont été décisifs. Ils ont bien sûr contribué à mon niveau de langue
mais m’ont aussi permis de connaître la culture et la mentalité allemandes, ce qui était primordial pour mon nouvel employeur.
Depuis 15 ans, je suis donc l’une des deux traductrices de l’ambassade. Travailler en interne permet d’avoir des tâches très variées : traduction bien sûr, terminologie, révision des traductions de ma collègue mais aussi de textes rédigés en français par des collègues allemands, interprétation consécutive à titre occasionnel. Je suis ainsi la véritable « référente » pour le français et la culture française au sein de l’ambassade. Je bénéficie également d’un avantage de taille : j’ai accès à tout moment aux rédacteurs des textes que je dois traduire, ce qui facilite mon travail et permet de le valoriser. Le contenu des textes évolue en fonction de l’actualité politique, économique, sociale et culturelle mais aussi des médias utilisés (les réseaux sociaux sont nés après mes études).
La formation acquise à Grenoble a été capitale dans mon parcours car elle m’a appris à m’adapter à tous les types de textes, qu’ils soient juridiques, solennels, rédactionnels ou techniques, et elle m’a fourni le réseau grâce auquel j’ai obtenu le poste (de rêve) que j’occupe aujourd’hui encore.
Si vous avez des questions sur ce statut ou ce mode de travail, vous pouvez bien entendu me contacter via linkedin